Sélectionner une page

La colopathie est connue pour être un trouble de la digestion caractérisé par des douleurs au ventre. Qu’est-ce que la colopathie ? Quels sont les facteurs qui la déclenchent et comment la traite-t-on ? Cet article fait le point de ce qu’il faut savoir sur cette maladie.

La colopathie, c’est quoi?

La colopathie fonctionnelle encore connue sous l’appellation « colon irritable » ou « intestin irritable », ne semble pas être une maladie grave en soi. Cependant, elle altère quotidiennement la qualité de vie des personnes atteintes. Les causes de la colopathie ne sont pas bien établies. Mais elles peuvent être liées au stress et pourraient s’aggraver en fonction de l’alimentation. Elle touche plus les femmes que les hommes et on la retrouve généralement chez les personnes dans la tranche de 30 à 50 ans.

Les symptômes

Trouble intestinal, la colopathie fonctionnelle est une maladie qui peut durer plusieurs années, voire toute une vie, devenant ainsi une colopathie chronique. Le diagnostic se faisant en fonction des symptômes, rares sont les personnes atteintes de ce trouble qui consultent un médecin. Les symptômes les plus répandus sont les spasmes et les douleurs à l’intestin. Ensuite, viennent les ballonnements. La colopathie fonctionnelle entraîne dans certains cas une perte de poids inexpliquée. Il existe également des symptômes bénins comme les maux de tête ou de véritables migraines, la fatigue, l’anxiété, la mauvaise haleine, l’inconfort digestif global, les palpitations, les nausées, les troubles urinaires. Aussi, les troubles digestifs sont fréquents ; il peut donc s’agir d’une constipation ou d’une diarrhée. Dans certains cas, c’est une alternance entre diarrhée et constipation, occasionnant le plus souvent une fausse diarrhée de constipation…

Les types de colopathie

Lors du diagnostic, le médecin vérifiera s’il s’agit d’une colopathie fonctionnelle avec constipation ou d’une colopathie fonctionnelle avec diarrhée. La colopathie fonctionnelle avec constipation peut être de plusieurs types :

  • la constipation d’évacuation (dyschésie) due à la perte du réflexe exonérateur,
  • la constipation atonique due à une diminution de la motricité et de la tonicité du côlon
  • la constipation spasmodique qui s’observe plus chez les patients hyperémotifs ou qui subissent un stress permanent.

La colopathie spasmodique est douloureuse et se manifeste généralement par une fausse diarrhée causée par l’excès du mucus dans les selles.

Traitement de la colopathie

Bien qu’elle soit incurable, il existe quand même des méthodes qui soulagent temporairement des symptômes de la colopathie. Il est recommandé d’utiliser des antispasmodiques, des anti-diarrhéiques ou des laxatifs. Et pour réduire les malaises, il est conseillé :

  • d’augmenter la consommation de fibres solubles
  • de réduire la consommation de fibres insolubles
  • de réduire les matières grasses
  • de limiter la consommation des aliments qui peuvent causer des ballonnements et des gaz
  • d’éviter les légumineuses et les crucifères
  • d’éviter de consommer de l’alcool, du chocolat, du café et des boissons caféinées
  • de remplacer les épices par de fines herbes,
  • de boire de l’eau régulièrement…

Conclusion

Pour un traitement réussi, il convient de noter pendant quelques semaines votre alimentation afin de découvrir les aliments qui sont à la base des malaises. Ces aliments doivent être éliminés du menu quotidien. Il est également conseillé d’avoir recours à un nutritionniste qui vous aidera à trouver un nouveau régime alimentaire adapté et équilibré.